DossierTout savoir sur les origines techniques des hologrammes !

Quel est l’historique des hologrammes ?

Bien que nous entendions régulièrement parler des hologrammes et de l’holographie, connaissez-vous les origines de l’holographie ? Si vous ne le savez pas, alors découvrez ici, les grandes dates de l’histoire des hologrammes.

De nos jours, les hologrammes sont relativement présents dans notre société. En effet, ces images en « 3 dimensions » ou en relief font partie intégrante de notre vie. D’ailleurs, vous voyez certainement des hologrammes tous les jours. Vous ne voyez pas où ? Alors, regardez votre carte bancaire, vos billets ou votre passeport. Les petits dispositifs que vous voyez sur ces objets sont des hologrammes et ils permettent d’éviter de pouvoir les reproduire. Bien sûr, les hologrammes ne servent pas qu’à cela.

D’ailleurs, à ce propos, connaissez-vous vraiment l’histoire des hologrammes et de l’holographie ? Savez-vous qui a inventé cette technique et en quelle année ? Est-ce que vous savez réellement ce que sont les hologrammes et quels sont leurs rôles ?

Les débuts de l’holographie

C’est en 1891 que l’holographie a fait ses premiers pas. En effet, c’est à cette époque qu’un physicien à la Sorbonne nommé Grabriel Lippmann a créé, ce que l’on appelle, la photographie interférentielle. Après de longues recherches et des travaux importants, ce physicien fut récompensé pour son travail en obtenant le prix Nobel de physique, en 1908. Après ces premières découvertes, d’autres physiciens se sont penchés sur ce nouveau genre de photographie. Parmi ces physiciens, on retrouve le très célèbre Albert Einstein qui, entre 1910 et 1920, a pu effectuer diverses recherches le conduisant à évoquer la possibilité que le fait de stimuler les atomes permettrait de créer des radiations. Grâce à cela, Albert Einstein a pu obtenir le prix Nobel de physique en 1921.

Toutefois, l’holographie en elle-même et donc les hologrammes, ont vraiment vu le jour en 1948. C’est Dennis Gabor, un professeur britannico hongrois qui travaillait à l’Imperial College of Science and Technology, qui a découvert la possibilité de faire apparaître l’image d’un objet grâce à une illumination bien particulière. C’est ainsi qu’il nomma sa technique « hologramme » en référence aux termes grecs « holos » qui a pour signification « entier » et « gramma » qui veut dire « message ». Malheureusement, Dennis Gabor n’eut pas d’autres choix que d’abandonner ses recherches, car à cause des moyens limités de l’époque, il était très difficile d’obtenir une bonne source lumineuse.

De nouvelles découvertes grâce à des moyens moins limités

En 1960, l’holographie a pris un nouveau tournant. Les moyens étant beaucoup moins limités, de nouvelles personnes ont pu poursuivre les recherches de leurs aînés. Ainsi, Théodore Maiman réalise l’exploit de créer un laser pulsé au rubis. Ce nouveau type de laser permet de produire les premiers vrais hologrammes à haute vitesse. Cette technique permet d’obtenir des images assez précises d’êtres vivants, entre autres.

Deux ans plus tard, c’est au tour du docteur Yuri N. Denisyuk, d’apporter sa pierre à l’édifice. Ainsi, il réussit à créer un hologramme qui a la capacité d’être vu grâce à la lumière blanche. Enfin, en 1967, ce docteur fait une nouvelle découverte : l’hologramme d’une vraie personne ! Cette technique se nomme le « portrait holographique pulsé ». Pour parvenir à cela, le docteur Yuri N. Denisyuk a tout simplement utilisé le laser pulsé au rubis découvert par Théodore Maiman.

Une véritable révolution dans le monde de l’holographie

Malgré toutes ces recherches et ces découvertes, l’holographie n’était pas encore parfaitement au point. Jusqu’à ce qu’en 1968, le docteur Stephen A. Benton réalise une découverte marquante. En effet, il a réussi à réaliser un hologramme par réflexion qu’il est possible de voir grâce à la lumière blanche. Comme cet hologramme utilise toutes les couleurs de l’arc-en-ciel, il fut tout simplement nommé « hologramme arc-en-ciel ». Ce que vous ne savez peut-être pas, c’est que cet hologramme arc-en-ciel, vous le voyez tous les jours. Où ? Sur vos billets de banque, tout simplement ! La découverte de cette technique fut une véritable révolution dans le monde de l’holographie.

Enfin, en 1972, un nouveau cap a été franchi. Et pour cause, Lloyd Cross a repris les plus grandes découvertes qui ont été faites en holographie. Il les a couplés à la cinématographie, ce qui lui a permis d’obtenir un hologramme intégral en trois dimensions donnant l’impression de bouger. Cet hologramme 3D est l’ancêtre des hologrammes que l’on connaît actuellement tel l’hologramme live de J.L. Mélenchon ou encore les différents types d’hologrammes que vous pouvez croiser dans des événements grand publics ou des événements d’entreprise.

Les hologrammes à l’honneur

Les hologrammes ont véritablement marqué de nombreuses générations. Ainsi, en 1976, à New York, le Museum of Holography a ouvert ses portes puis, en 1980, c’est le musée de l’holographie qui a été inauguré à Paris. Par la suite, en mars 1984, le magazine National Goegraphic a mis un hologramme en guise de couverture, ce qui a permis de démocratiser l’holographie dans le monde. L’opération a tellement fonctionné, que le magazine a recommencé en novembre 1985. Et pour cause, un hologramme a aussi servi de couverture pour le numéro « The Search for Early Man ».

Pour finir

Comme vous avez pu le constater, les origines de l’holographie remontent à très longtemps. Bien qu’à l’époque les moyens étaient relativement modestes, au point de devoir laisser en suspens certaines recherches, au fil des années, les évolutions ont permis à l’holographie de gagner en popularité. De nos jours, on peut apercevoir des hologrammes un peu partout. Il y en a sur les billets, les cartes bancaires, les passeports… Leur utilisation est devenue très importante dans certains domaines.

Grâce aux découvertes faites par ces nombreux physiciens, professeurs et docteurs, l’holographie a pu voir le jour. En plus, les technologies ne cessent d’évoluer. Ce qui veut dire que d’ici 10, 20 voire 50 ans, l’holographie deviendra encore plus performante, plus précise.

La plupart des noms décrits ici sont relativement connus comme, entre autres, Albert Einstein. Ce sont tous, des personnalités reconnues dans leur domaine et dont les travaux et les recherches ont offert de grandes possibilités aux générations suivantes. Sans leur travail, l’holographie et les hologrammes n’auraient peut-être jamais pu voir le jour ou alors, bien plus tard, ce qui aurait repoussé tout le reste. Quoi qu’il en soit, constater ce que de simples personnes ont pu découvrir au fil des années, est extrêmement gratifiant et novateur. Cela a ouvert de nouvelles portes et permet de débuter de nouvelles recherches, encore plus poussées. Les moyens mis à disposition, à notre époque, sont bien plus puissants qu’au début des années 1900, par exemple. Imaginez tout ce que les physiciens et autres professeurs d’aujourd’hui pourraient découvrir ! L’holographie en elle-même est déjà une grande révolution dans le domaine de la photographie et du cinéma. Mais il y a encore tellement à découvrir qu’il serait dommage de s’arrêter en si bon chemin.

Les hologrammes sont au point, c’est certain, mais il est certainement encore possible d’améliorer les techniques. Il ne reste donc plus qu’à attendre que de nouvelles découvertes soient faites dans le domaine de l’holographie.

L’holographie vous intéresse ? Dans ce cas, vous connaissez en détail les origines de cette technique innovante, de sa création, jusqu’à aujourd’hui. Et si vous voulez en savoir plus, les deux musées de New York et de Paris pourront vous offrir des réponses à toutes vos questions.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Contenu privé

Notice: Undefined index: prnt_scr_msg in /homepages/5/d771462376/htdocs/clickandbuilds/Hologramme/wp-content/plugins/wp-content-copy-protector/preventer-index.php on line 171
0