MarketingTechnologieLe projecteur à hélices, nouveau vecteur de communication ?

https://hologramme.org/wp-content/uploads/2020/02/ventilateur-holographique.jpg

Communiquer grâce au projecteur holographique à hélice

Votre vitrine pourrait être plus colorée, attirer le regard et rassembler les passants étonnés. C’est le nouvel accessoire à la mode des commerçants, et vous pourriez très rapidement en avoir un. Le projecteur holographique à hélices conquiert les étalages et les vitrines. Mais comment fonctionne ce petit objet (près de 90 cm pour les grands modèles tout de même) ? Vous allez découvrir en quelques mots, un objet technique qui tente de réenchanter votre magasin habituel. Faisons un détour du côté de la hype, pour en savoir plus sur ce qui deviendra sans doute une mode d’ici très peu de temps, au plaisir des plus jeunes et (aussi) de ceux qui sont un peu plus âgés.

Le projecteur holographique à hélices est le nouvel arrivant. Il fonctionne simplement avec une hélice lumineuse, qui rend une image 3D visible de tous côtés. Il existe en plusieurs tailles (pour les disclaimers, les tailles vont de 20 à 90 cm environ), qui peuvent être assez grandes par exemple pour des concerts. L’hélice utilisée peut être simple ou double. L’hologramme créé donne une vraie impression de 3D, et peut être décliné sous forme d’animation. Il donne du dynamisme et de l’inattendu à une vitrine, et permet une communication efficace. On utilise un logiciel (souvent propriétaire) pour créer les animations facilement et sans connaissances techniques. L’objet est muni typiquement d’une télécommande pour charger l’animation et lancer l’hélice du projecteur holographique.

Les caractéristiques du projecteur holographique à hélice

L’hologramme est une image 3D animée, visible sous tous les angles. La luminosité va de 1000 à 3000 lumens, ce qui est plus que correct pour une exposition en devanture. L’ensemble fonctionne avec un rotor, et des LEDs disposées sur les hélices de l’appareil. Les effets sur la santé humaine ne sont pas encore mesurés, mais il est fort probable que l’effet soit un étonnement teinté d’amusement, et un réel plaisir à observer les animations présentées. La technologie à la base de l’hologramme est connue depuis longtemps, mais le résultat obtenu ici est particulièrement réussi.

Les applications sont multiples, le faible coût et l’effet de surprise pourront sans doute justifier l’installation d’un tel engin dans votre échoppe habituelle. Et il ne faut pas négliger l’effet ambianceur d’un tel appareil qui fera sans doute l’attraction, dans nos magasins habituels, pour présenter de nouveaux produits ou attirer le regard sur votre achalandage. La finesse de la résolution permet un niveau de détail important, et le taux de rafraîchissement permet une certaine fluidité de l’animation et un bel effet de 3 dimensions. Les caractéristiques varient avec les modèles, mais nous avons là une technologie aboutie et qui va certainement percer dans les mois à venir.

Créer ses animations, défi ou réel plaisir ?

Les applications logicielles sont encore très orientées sur des finalités business liées à des activités professionnelles. Pour autant, avec l’arrivée sur le marché de la grande consommation de plusieurs types de projecteurs holographiques tels que le projecteur à hélices, des logiciels plus polyvalents devraient venir pour solliciter nos neurones et permettre à des particuliers inspirés de créer leurs propres hologrammes pour des utilisations récréatives. Si l’image est encore à demi transparente, la technologie vient de sortir et devrait nous ravir rapidement par de nouvelles innovations. Pour l’instant, nous nous contenterons donc de disclaimers et de logos. En attendant plus d’effets lumineux et d’applications utiles. Bien entendu, cela peut aller jusqu’aux gaming si vous n’êtes pas épileptique, et des applications qui apparaissaient dans nos vieux films deviendront peut-être réalité d’ici quelques années.

La maturité du logiciel de modélisation 3D laisse présager du bon pour les applications basées sur l’hélice holographique. Si les technophiles sont ravis de voir débarquer cet appareil, il ne faut pas oublier les applications utiles de ce genre d’engin. Les interventions à distance (exploration, chirurgie …) et les possibilités d’affichage de l’information sur nos écrans semblent très prometteuses. Demain, peut-être que tous les appareils seront équipés de ce type de technologie holographique ! Ne nous emballons pas cependant, pour l’instant il s’agit plutôt d’un très bon outil de signalisation.

La gestion de l’hélice holographique

Les hélices holographiques qui créent un objet flottant en 3D connaissent déjà des applications en spectacle. On peut créer de gros hologrammes, avec des hélices géantes synchronisées. Bref, les premières applications sont étonnantes. Et le plus gros effort est fourni par la technologie : une fois les hélices holographiques en place, la synchronisation est gérée par le logiciel. De même, les animations sont pour l’instant très simples à réaliser -même s’il est vrai qu’on aimerait avoir accès à davantage de fonctionnalités dans les logiciels. Gageons que les fabricants vont nous concocter des applications terriblement efficaces.

Si l’engin peut se placer en hauteur (et la 3D, visible sous tous les angles, le permet), il nécessitera parfois une protection pour éviter que des mains se perdent dans les hélices qui tournent quand même très vite. L’hélice holographique peut se placer facilement en hauteur ou derrière une bulle, ce qui limite grandement les risques. De même, cette image flottante est une amélioration importante par rapport aux autres techniques d’images holographiées. Si les premières applications que l’on imagine sont surtout du domaine de la représentation, il reste à parier qu’une technologie mature nous amènera vers des développements intéressants et sans doute (?) utiles. Les fans de technologie vont avoir de petits frissons, quand bien même l’objet est encore en gestation pour l’instant.

Historiquement, les hologrammes ont été mis en œuvre au théâtre

Pour faire un vrai hologramme, le procédé est terriblement complexe dans sa technicité. Au théâtre, faire apparaître un fantôme était simple : dans une pièce masquée aux yeux du spectateur se trouvait un homme (ou une femme) sous un drap. Une vitre inclinée, sur la scène, faisait apparaître l’image transparente du “fantôme”. Et l’affaire était faite. Le rendu du relief était amélioré par la profondeur de la scène où apparaissait l’illusion. Depuis cette époque, bien des améliorations ont été tentées. Dans l’ensemble, on est forcé d’avoir un support pour l’hologramme, et son rayon d’apparition est limité. Bien sûr, rien ne nous dit que cela va rester ainsi.

Très semblable au fantôme des théâtres (et de l’Opéra), notre projecteur holographique à hélices moderne apprécie d’avoir de la profondeur de champ derrière lui, pour parfaire l’illusion. C’est de cette manière qu’il fonctionne le mieux et trompe le regard. Son usage comme totem est ainsi largement justifié. Il est possible d’en faire des fresques en synchronisant de nombreuses hélices. Mais ne soyons pas trop gourmands, le spectacle est le même ! Ainsi d’autres applications d’hologramme, complémentaires, peuvent apparaître si la technologie correspondante trouve des applications.

Conclusion

Si le spectacle doit continuer, le projecteur holographique à hélices sera partie prenante de notre aventure, et il est sans doute précurseur de techniques d’affichage révolutionnaires. Cela rappelle les claviers « virtuels » pressentis il y a quelques années, où les touches étaient affichées par laser et où il suffisait de placer les doigts pour entrer du texte … comme quand on tape au clavier. Ces applications nouvelles pourraient permettre notamment des économies de matières importantes … Pour autant qu’elles ne consomment pas trop en elles-mêmes. En attendant, nos vitrines vont conna&ic

0